Psychisme  Clinique

Personnalité distanciée

Patrick Juignet, Psychisme, 2011.

Nous décrivons ici une forme de personnalitée entrant dans la sphère psychotique*. La personne donne une impression d'originalité, d'être un peu hors du monde. L'adaptation sociale et relationnelle se fait grâce à des recettes, mais elle est suffisante pour permettre d’exercer un métier, d’avoir une vie de famille. Cette forme est également répartie dans les deux sexes. On parle parfois de personnalté schizoïde mais le terme est a éviter car il évoque une schizophréniea minima, ce qui n'est pas le cas

* Nous employons le qualificatif de "psychotique" pour catégoriser d’une forme d’organisation de la personnalité dont la principal détermination vient de troubles relationnels de l’enfance (voir notre classification par pôles) et non pas une maladie comme la psychose maniaco-dépressive ou la schizophrénie.



PLAN


1. CLINIQUE

L’enfance

Le début, qui à lieu entre trois et quatre ans, se manifeste sous des aspects polymorphes. On constate des difficultés de communication, donnant des enfants renfermés, cherchant à s’isoler, qui éprouvent un sentiment de solitude pénible. Ils peuvent fuir dans l’hyperactivité ou l’agressivité. La difficulté de relation se traduit parfois par des attitudes précieuses, maniérées, des anomalies de l’ajustement postural.

Ces enfants recherchent une relation fusionnelle avec la mère et ont de fortes tendances dépressives dues à la crainte d’abandon et à l’impossibilité de métaboliser l’absence. Avec les autres adultes ou enfants, il existe une distance et une coupure, ce qui empêche que se noue une relation vivante. On trouve par contre un attachement massif à certains objets. Le sujet vit des moments d’angoisse dépressive intense en particulier lorsqu’il sont seul ou mis à l’école. N’arrivant pas à gérer la séparation, ils se ressent en perdition, en danger de mort.

Dans certains cas, on peut être alerté par des troubles du sommeil de l’alimentation, des somatisations diverses et variées (dermatoses, sphère ORL, digestive). Il se produit parfois un retard d’apprentissage, une réduction et une fixité des intérêts, mais il n’y a aucun déficit intellectuel fixé. Dans les secteurs investis, les capacités sont satisfaisantes.

À l’adolescence, la fragilité se manifeste, car l’autonomisation met le jeune en face de tâches trop difficiles pour lui. Ces jeunes se sentent souvent perdus sans repères et peuvent aller vers la marginalisation. Ils organisent une façade inauthentique pour faire comme les autres et adoptent des comportements d’emprunt. Il se produit des décompensations à ce moment.

Le caractère

On trouve un certain nombre de traits caractéristiques : égocentrisme, influençabilité, différence, distance. Le degré d’affirmation de soi est variable. On remarque d’abord un égocentrisme qui se traduit par la tendance à être principalement préoccupé de soi-même. Ce n’est pas un égoïsme agressif et intéressé mais la tendance naïve et infantile être uniquement soucieux de ses propres problèmes. Ces sujets sont influençables, suggestibles, se laissent facilement entraîner par les autres. Le sentiment d’être différent est caractéristique. Le sujet a l’impression de ne « pas être comme les autres », d’être à l’écart, coupé du groupe et de ses semblables. À un degré plus fort, il se sent étranger, égaré dans un monde qui n’est pas fait pour lui. Il a aussi la crainte que les autres ne s’en aperçoivent.

Deux inflexions du caractère sont possibles. Tantôt domine une inhibition, une timidité, des difficultés relationnelles. La personne a un sentiment de fragilité, de faiblesse. Elle craint ne pas savoir répondre, de ne pas savoir s’imposer socialement. Cette crainte est justifiée car le distancié est influençable, suggestible, et a du mal à résister à la pression des autres. À un degré de plus c’est la crainte d’être envahi par l’autre. la mise en place d’une distance, ou une fuite. Parfois le caractère est mieux affirmé : le sentiment d’existence est suffisant pour affronter les autres. Le sujet peut assumer des responsabilités et se défendre s’il en et besoin. Il a de meilleures possibilités d’intégrer l’expérience et n’a pas besoin d’une distance protectrice. La sociabilité est meilleure et le sujet apparaît comme un original, quelqu’un « qui a ses idées », un artiste. 

Les conduites et relations

Il existe toujours, à des degrés divers, une méconnaissance du « mode d'emploi » socio-relationnel. Pour y palier, le sujet utilise des recettes comportementales qui marchent plus ou moins bien. Ce sont des savoirs faire que le sujet essaye de placer en fonction des circonstances, mais qu’il ne ressent pas intuitivement. La personne est onc souvent prise au dépourvu et se retrouve facilement décontenancée. Cet ensemble d’attitudes provoque des réactions d’étonnement et parfois l’agressivité de l’entourage. Le sujet devient, dans certaines circonstances, la tête de turc du groupe. La sexualité est rarement satisfaisante vécue avec une sorte d’incompréhension. On trouve aussi des conduites désadaptées dans la mesure où il y a un mauvais contrôle des impulsions sexuelles. En particulier chez les hommes au caractère plus affirmé : exhibitionnisme, harcèlement, séduction maladroite. Généralement ces conduites s’arrêtent spontanément avant d’entraîner des conséquences trop graves. Les relations avec les parents, tout particulièrement avec la mère, se poursuivent à l’age adulte. Le sujet habite chez ses parents, ou à proximité, leur téléphone journellement. Il se cherche un conjoint maternant. La mort des parents est l’occasion de décompensations délirantes.

Quelques syndromes caractéristiques

Les moments où la volonté n'a plus prise sont fréquents. Le projet de faire quelque chose (tel travail, telle course) ne peut être mis à exécution, car le sujet est envahi par des préoccupations incoercibles. La personne se jure de ne pas dire quelque chose, qui serait maladroit ou inconvenant, et le fait quand même malgré elle. D’autres fois, le sujet ne peut exécuter l’action prévue et en fait une autre, comme mu par un automatisme. La personne veut parler mais reste muette, elle veut entrer quelque part mais ses jambes n’obéissent pas, etc…

Le rationalisme se traduit par un discours coupé du vécu et manquant de bon sens, une pensée magique par correspondances symbolistes. Les erreurs de jugement produisent des idées fausses tant sur le monde que sur soi-même. Il s’ensuit des conduites désadaptées et à certains moments contraires aux intérêts du sujet. Parfois on remarque des actes bizarres : rituels domestiques ou sur le lieu de travail, cadeaux intempestifs, démonstrations gymniques, etc. Il s’agit de conduites à finalité diverses (renouer la communication, protester, se mettre en valeur, exprimer son amour) mais d’une grande maladresse.

La mauvaise intégration corporelle et la tendance à la somatisation donnent des symptômes corporels divers et variés. Il y a une gaucherie ou une rigidité d’attitude. Ce peut être des symptômes corporels tels que le sentiment de flotter, de ne pas marcher droit, d’avoir des douleurs. On trouve aussi tous les troubles fonctionnels courants, nerveux, cardiovasculaires, digestifs, urinaires. Ces plaintes somatiques peuvent revêtir une allure hypochondriaque : certitude d’une atteinte organique et actes en ce sens tel que multiplication des consultations médicales, examens complémentaires répétés.

Les moments dépressifs prennent l’allure d’un envahissement inanitaire, vécu particulier lié à la perte du sens et au sentiment d’un monde vide. La vie paraît insensée, le monde absurde, et le sujet lui-même fait partie de cet ensemble insensé. Ce sentiment peut survenir en dehors de tout événement déclenchant. Il entraîne une forme particulière de dépression.

Épisodes déréalisants

La survenue d’épisodes déréalisants est déclanchée par des circonstances difficiles pour le sujet, comme une modification professionnelle, une rupture sentimentale, un changement de mode de vie. Ils provoquent une exacerbation du rationalisme et un envahissement symptomatique. Si les circonstances sont favorables (entourage rassurant, suivi médical), ils s’apaisent spontanément en quelques temps (quelque jours à quelque mois).

Dans l’ensemble le délire est rare. S’il survient, c’est à la suite de circonstances déstabilisantes pour le sujet : naissance d’un enfant (psychose puerpérale), mort des parents (délire de négation), conflit humiliant, dispute, licenciement, (délire sensitif). La structure du délire est lâche, il se développe en réseau agrégeant des éléments autour du thème central qui concerne l’un des évènement susmentionnées. Il se nourrit d’interprétations et d’intuitions prises dans des raisonnements peu construits. Selon les cas, il est plus ou moins riche et l’implication du sujet est variable. Il peut conduire a des actions délirantes cocasses ou à l’inverse à un repli du sujet dans son monde d’imagination. Il se produit aussi parfois des bouffées délirantes aiguës tout à fait typiques (voir après).

L’évolution

L’évolution dépend des circonstances. Dans un milieu favorable, en l’absence d’événement déstabilisant, elle peut être bonne. Par contre il peut se produire petit à petit une aggravation due à des décompensations successives qui provoquent un échec social et un rejet de l’entourage, ce qui accentue la solitude et fait perdre au sujet ses appuis.

2. THÉORISATION

Une forme moyenne

C'est la psychose la plus simple, sans défenses intenses venant compliquer l'organisation psychique. C’est ce qui explique que le caractère soit peu marqué. La crainte fondamentale concerne la survie. L’absence de réassurance laisse perdurer une instabilité et une crainte. Les autres effrayants et les identifications insuffisantes donnent des difficultés permanentes dans les relations humaines.

Dans les circonstances d’apparition, on remarque toujours une famille restreinte et élargie est problématique : le père est absent ou mort ou nié par la mère, une des lignée est gommée, le rapport des générations est incertain. Le problème vient aussi d’un manque de réassurance : environnement inquiétant, absence de paroles de la part des parents, attitudes versatiles imprévisibles des (colères, brusques tendresses, indifférence), mère ne jouant pas son rôle de pare-excitation et d’appaisement. Tout cela ne donne pas lieu à des manifestations bruyantes et la famille semble parfaitement normale.

Dans la première enfance les angoisses de mort conduisent le moi à mettre en œuvre des mécanisme de défense spécifiques (projection, déni). Il se produit un infléchissement pathologique du fonctionnement psychique archaïque qui va perdurer. La crainte de mort est trop forte et elle empêche le bon déroulement de la première structuration si bien que l’individuation est insuffisante. Les causes en sont diverses et peuvent se combiner : insuffisance de l’apaisement symbolisant, séparations trop longues d’avec la mère, inadéquation de celle-ci, non-métabolisation de l’absence grâce au symbolique, absence de rôle séparateur et rassurant du père. L’insuffisance du rôle paternel est ici constamment vérifiée. La problématique œdipienne surgit, mais l'entrée dans la troisième phase de structuration avorte rapidement. Le déni chasse les manifestations du désir œdipien et le surmoi garde une forme archaïque.

Le soi et faux-self

Le narcissisme s’organise de manière pathologique. L’existence propre, le sentiment d’être, se constitue l’indépendance du référent objectal, ne se mettent pas en place correctement. Le rapport au monde s’organise sur un mode hostile. L’enfant, n’ayant pas un bon objet idéalisé protecteur, n’est pas solidement investi. Le soi gardera une extrême fragilité. L’autonomisation se fait mal si bien qu’on trouve en plus une problématique de type limite : risque d’effondrement narcissique par perte du référent objectal.

L’organise défensivement est très différente de celle de la paranoïa. La faiblesse du soi et la compensation par un « faux self » est typique : une instance qui remplace à la fois le moi et le soi. Le concept de faux self a été introduit par Winnicott. Nous le reprenons ici pour désigner l’instance prothétique qui produit les « recettes ». Cette instance est dépositaire d’un mode d’emploi étranger au sujet, mais permet une adaptation. Il règle le rapport à la réalité de manière parfois maladroite.

L’attachement à la mère

L’attachement à la mère revêt une forme massive et entraîne une demande inextinguible qui cherche à se satisfaire sans succès vis-à-vis de la mère ou d’un substitut ou encore imaginairement dans des rêveries. L’inadéquation de la relation maternante et l’absence du père séparateur ont créé une pérennisation des relations fusionnelles insatisfaisantes et une demande infinie en ce sens. Une imago maternelle, bonne, idéalisé, surinvestie, produit un appel constant.

Le défaut de symbolisation

Dans cette forme moyenne, le défaut de représentation/symbolisation apparait assez clairement. Les événements qui se produisent au quotidien et qui ont une importance pour le sujet sont comme ignorés et énoncés sous forme de symptômes : somatisations, sentiments bizarres, actes compulsifs, illusions. La déficience de symbolisation contribue à faire apparaître dans la réalité ce qui anime le sujet. L’argument en faveur de cette théorie est que la symbolisation fournie dans le cadre psychothérapique stoppe les symptômes. C’est possible ici, car le manque de symbolisation est moins massif et la projection plus faible que dans la paranoïa ou lors de décompensations. Cette déficience de la représentation/symbolisation peut être attribuée aux problèmes surgis au cours de sa mise en place durant la première structuration : défaut de l’apaisement symbolisant de la part de la mère, défaut d’intégration de l’ordre symbolique par insuffisance du rôle paternel.

BIBLIOGRAPHIE SPÉCIALISÉE

Achaintre A., Bergeret J. (1986), « Sur les origines du mécanisme psychotique », in Revue française de psychanalyse, N°5, 1986.

De Clérambault (1923), L’érotomanie, Paris, Synthélabo, 1993.

Follin S., Chazaud J., Pilon L. (1961), « Cas clinique de psychoses hystériques », in L’évolution psychiatrique, Toulouse, Privat, n° XXVI, 1961.

Kretschmer E.( 1927), Paranoïa et sensibilité, Paris, Gérard Monfort, 1963.

Kress-Rosen N., « Folies de l’hystérie », in Du côté de l’hystérie, Strasbourg, Arcanes, 1999.

Freud S. (1924), « Névrose et psychose »,  (1924) « La perte de la réalité dans la névrose et dans la psychose », in Névrose, psychose, perversion, Paris, P.U.F., 1973.

Gimenez G. (2000), Clinique de l’hallucination psychotique, Paris, Dunod, 2000.

Lacan J. (1956), Le séminaire III Les psychoses , Paris, Seuil, 1981.

Lébovici S., Kesternberg E. (1978), Le devenir des enfants psychotiques, Paris, PUF, 1978.

Maleval J-C. (1980), Folies hystérique et folies dissociatives, Paris, Payot, 1991.

Marcelli D. (1999), « Autisme infantile et psychoses chez l’enfant », in Enfance et psychopathologie, Paris, Masson, 1999.

Mises R. (1974), « Du côté des psychoses », in Cinq études de psychopathologie de l’enfant, Toulouse, Privat, 1981.

Selvini M. (1974), Self-starvation, New-York, Jason aronson 1974.

Vincent Th. (1995), La psychose freudienne, Paris-Strasbourg, Arcanes, 1995. (1996) La clinique psychanalytique de la psychose de Sullivan à Lacan, Paris-Strasbourg, Arcanes, 1996.



Haut de page          Retour portail Clinique